Économie

Quand Tahkout règle ses comptes avec une banque à travers sa télévision

Dans une «enquête» au vitriol sur ladite banque, la chaîne de télévision du nouveau magnat de l’automobile en Algérie accuse cette dernière de trafics divers et lie son nom à l’affaire de la tentative d’introduction de 701 kilogrammes de cocaïne.

En effet, la banque en question a financé l’importation de la cargaison de viande effectuée par le principal accusé dans cette affaire et le média de Tahkout laisse entendre qu’elle serait carrément impliquée dans ce trafic de drogue.

Par-delà le travail journalistique, la question se pose de savoir pour quelles raisons l’homme d’affaires, qui a fait fortune dans le transport universitaire, s’attaque à cette banque précisément à travers son outil de propagande. Le reportage cache-t-il un règlement de comptes entre Tahkout et les dirigeants de cet établissement financier ? Le reportage a-t-il été instigué par une partie quelconque dans un but inavoué ?

La banque – dont nous tairons le nom pour que nous ne soyons pas accusés de la défendre – appartient à un groupe basé à Chypre et dont le capital est détenu en majorité par une famille jordanienne. Elle est présente en Algérie à travers cinq filiales spécialisées dans l’investissement, les assurances, les industries et l’immobilier.

Le flou qui entoure l’affaire de la cocaïne saisie au port d’Oran fait que de nombreuses interrogations ne trouvent toujours pas de réponse. Cette affaire a provoqué un véritable séisme dans le pays si bien que tous les changements opérés par le président Bouteflika dans un certain nombre d’institutions sensibles ont été interprétés comme une conséquence directe de cette affaire, considérée comme une tentative de déstabilisation du pays.

L’affaire n’a pas révélé tous ses secrets, et l’instruction en cours n’en finit pas d’apporter de nouveaux éléments au fur et à mesure que les enquêteurs avancent dans leurs investigations et de s’élargir pour atteindre des protagonistes et des secteurs insoupçonnés à des niveaux de hiérarchie élevés, d’où la déclaration du ministre de la Justice qui a rappelé que personne n’échapperait à la loi «quel que soit son rang».

En attendant, les dessous du reportage de la chaîne de télévision de Mahieddine Tahkout demeurent entiers.

  1. Source: Algeriepatriotique

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close